L’esclavage en terre d’islam (1)

Arte a diffusé récemment (2019) une série de plusieurs épisodes sur l’esclavage, fort bien documentés. Il est intéressant de revenir sur le premier épisode qui rappelle, à juste titre, que les musulmans ont été de longue date de grands esclavagistes, le Coran justifiant amplement l’esclavage des non-musulmans grâce au bienheureux prophète Mahomet, en particulier des noirs africains qui ont toujours été considérés comme une sous-race dans la culture musulmane.

Un rappel utile à tous les islamophiles « racisés » qui n’ont de cesse de vouloir toujours clouer au pilori l’homme blanc occidental, ex-colonisateur, qui seul mérite d’avoir à battre sa coulpe et à soumettre à la tyrannie des minorités de toutes natures en raison d’égarements qui appartiennent à une histoire passée qu’il est si facile de juger avec les critères d’aujourd’hui. À ce compte-là, il faudrait également jeter aux orties toute l’histoire de l’antiquité où plongent nos racines culturelles.

Nous revenons ici et dans les articles qui suivront sur quelques passages de cette émission particulièrement intéressants.

L’impossible laïcité

L’émission interreligieuse diffusée le 25 novembre 2019 sur France 2 était l’occasion de rappeler qu’au Moyen-Orient les communautés humaines des différentes religions ne sont pas égales entre elles au sens où il n’existe pas d’égalité au sens civil puisque l’islam ne peut concevoir la laïcité que comme un abominable athéisme : un rappel utile à l’attention de tous ceux qui prétendent que l’islam est compatible avec la laïcité française et que la notion de « citoyenneté » a un sens en milieu musulman

Religion self-service et ignorance

L’émission interreligieuse diffusée le 25 novembre 2019 sur France 2 était, une fois encore, l’occasion de faire croire au public que toutes les religions monothéistes (judaïsme, christianisme, islamisme) ont le même Dieu et appellent de la même façon à la tolérance et à la paix, au point qu’on pourrait croire que c’est bonnet blanc et blanc bonnet. La religion devient ainsi un produit self service que chacun arrange à sa sauce : c’est bien commode.

Le summum de la démonstration était constitué par un reportage sur une famille où, de longue date, le père (Gilbert) est chrétien et sa femme (Aïcha) musulmane (on se doute que les couples juif-musulmane ne courent pas les rues…) et dont les trois enfants ont chacun librement choisi leur religion, sans que ceux-ci d’ailleurs justifient leur choix, ce qui aurait été très intéressant, les deux fils ayant choisi comme par hasard l’islamisme et la fille le christianisme.

Les propos tenus par ces parents et leurs enfants (ex. « La laïcité, pour moi, c’est d’accepter tout le monde. La base de la France, c’est quand même… On est quand même des laïcs, quoi. ») font preuve d’une grande et louable tolérance et ouverture d’esprit mais dont on peut penser qu’elle confine surtout à l’ignorance des principes et valeurs élémentaires qui gouvernent le christianisme et l’islamisme.

Mais le clou du spectacle était le moment où, recevant peut-être par hasard un coup de téléphone de la famille algérienne, la belle-soeur d’Aïcha rappelle à sa belle-famille (conformément au contenu du Coran qui soumet la femme à l’homme et établit la supériorité de la communauté musulmane sur toutes les autres communautés humaines) qu’il faut « de préférence que l’homme soit musulman et la femme chrétienne, comme cela, leurs enfants seront des musulmans. » : ben voyons ! Chassez le naturel, il revient au galop !!

La haine de l’islam vis-à-vis de juifs et des chrétiens : explication documentée d’un apostat

Intervention intéressante d’un apostat de l’islam, très présent sur les réseaux sociaux, et qui a plusieurs qualités : connaître très bien l’islam dont il est issu (son père étant en outre imam), parler arabe (ce qui lui évite le procès en illégitimité intenté à tous les non arabisants qui osent critiquer l’islam), être très clair et précis. Tous les textes cités sont rigoureusement exacts et constituent effectivement la source fondamentale de la violence musulmane.

Comment l’Oumma musulmane élimine les populations mécréantes : l’exemple turc

Le reportage d’Arte sur l’histoire de la nation turque « Turquie, nation impossible » rappelle comment la Turquie musulmane a éliminé physiquement les mécréants pour constituer une Oumma musulmane pure. Cela rappelle furieusement le nazisme. Et les rêves d’extension de cette Oumma et de purification ethnique sont, avec M. Erdogan, toujours très actuels…

La fausse laïcité de la Turquie musulmane

L’islam ne peut être que politique car tout doit être soumis à la loi la Dieu, la chari’a. Le reportage d’Arte sur l’histoire de la nation turque « Turquie, nation impossible » récemment diffusé rappelle à juste titre que pour Mustapha Kemal, prétendu grand-prêtre de la laïcité turque, « L‘islamisation est posée comme préalable de la laïcité ».

Ainsi, vouloir faire croire que la religion musulmane serait compatible avec les lois de la République française, et en particulier la laïcité, est tout bonnement un énorme mensonge. L’exemple turc n’est qu’un truc, l’exemple même de la takiyya (dissimulation).