Le Coran : une approche thématique simple pour y comprendre enfin quelque chose

Les islamologues, lorsqu’on insiste un peu, doivent se rendre à l’évidence : le Coran est un livre « anarchique épistologiquement », comme l’a écrit Tareq Oubrou, ce qui en rend la lecture difficile (pas de fil directeur, pas d’ordre chronologique, innombrables répétitions, contradictions évidentes, etc.).

Cette anarchie rend compliquée à première vue toute synthèse car il faut tenir compte de la fréquence des positions présentées, compte tenu de l’incohérence du texte, pour conclure sur toute question. Ainsi, pour savoir ce que disent vraiment les textes sacrés musulmans (Coran, biographie de Mahomet, hadiths), avant même d’en discuter, il est absolument indispensable de compiler ces sources par thématique afin de disposer d’une documentation la plus exhaustive possible sur chaque thème abordé.

Seule une synthèse de ce type peut permettre d’éviter de tirer de fausses conclusions sur la base par exemple d’un unique verset qui peut être contredit par des dizaines d’autres.

C’est précisément la recommandation que l’imam Mohamed Barjrafil, qui reconnaît lui-même que l’on peut faire dire ce que l’on veut au Coran si on ne se prête pas à une telle revue étendue, a formulée il y a quelques semaines à la télévision française (janvier 2017).

France 2 Islam 170122 Revelation 1 Anarchie coranique

Je dois dire que je suis, une fois n’est pas coutume, d’accord avec Mohamed Bajrafil. La lecture assidue des sources sacrées musulmanes conduit en effet naturellement tout lecteur de bonne foi à cette conclusion incontournable. Dans cette perspective, je propose depuis juillet 2016 sur ce site une synthèse de ce type, téléchargeable gratuitement (http://islametoccident.fr/?page_id=1786).

Cette synthèse d’environ 170 pages qui a fait l’objet depuis de quelques mises à jour, sans prétendre être infaillible, est déjà une bonne base de documentation pour tous ceux qui n’auraient ni le temps, ni la patience de se livrer à cette lecture assez contraignante. Le lecteur trouvera sur la même page du site un résumé plus court (10 pages) qui pose déjà sans détour quelques questions sérieuses de compatibilité entre l’islam et les valeurs occidentales.

Pour les plus intéressés et qui voudraient goûter la saveur des textes originaux, je recommande de commencer par lire non pas le Coran mais la biographie de Mahomet (Sîra), texte original musulman (http://islametoccident.fr/?p=98) qui donne des éléments essentiels pour comprendre le parcours de cet homme et en quoi il peut être considéré comme exemplaire, ou au contraire pas. Cette biographie est un éclairage indispensable pour comprendre notamment l’origine des multiples contradictions qui figurent dans les textes sacrés musulmans.

Le lecteur peut également trouver sur ce site (http://islametoccident.fr/?p=98) une synthèse détaillée de ce parcours dans mon premier ouvrage : « L’islam de France (et d’Europe) : un message de paix ? », publié en mai 2015 et rédigé avant les attentats de janvier 2015. Ceux qui s’intéressent aux fondements doctrinaux de l’État Islamique et de façon plus générale à la doctrine des mouvements fondamentalistes peuvent sans doute lire avec intérêt mes deux courts opus : « Les sources doctrinales de l’État Islamique ». Ces ouvrages fournissent des références doctrinales publiques et totalement vérifiables.

Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (15) La violence en islam : l’État Islamique aurait-il raison ?

  • Problématique

La question de la violence en islam est naturellement centrale pour une religion qui se présente comme une religion d’amour et de paix. J’ai eu l’occasion d’écrire à ce sujet de multiples articles disponibles sur ce site. Afin d’éviter trop de redites, je me contenterai de revenir sur quelques propos de Tareq Oubrou, celui-ci reconnaissant qu’« Il n’est pas question de chercher à esquiver le débat sur la violence dans la religion. »

  • La position de Tareq Oubrou : un écheveau confus de contradictions

Pour Tareq Oubrou, « Dire que l’islam est foncièrement violent, c’est ne rien comprendre à la génétique ni au coranique. » Sur quelle analyse se fonde cette affirmation ? On ne sait pas. C’est juste une opinion, dont Tareq Oubrou reconnaît lui-même bien vite qu’elle pose problème puisqu’il enchaîne immédiatement en écrivant : « Je concède néanmoins qu’une certaine pratique de l’islam et un certain discours tenu en son nom accréditent cette perception essentialiste. Le pire est qu’ils viennent de sommités de la pensée canonique. »

Tareq Oubrou est donc parfaitement conscient de la faiblesse de sa position : lui, modeste imam auto-proclamé de la petite ville de Bordeaux, se trouve en contradiction avec les positions de ceux qu’il reconnaît faire partie des plus éminentes personnalités religieuses du monde musulman ! Rien moins que cela… Alors qui faut-il croire ? Le conseil que je peux donner est de tout simplement aller lire soi-même la biographie de Mahomet : le doute est vite dissipé…

Cette lecture met en effet en lumière, avec une grande clarté, le caractère violent de l’islam de Mahomet à compter de Médine, qui figure à quasiment toutes les pages (occupant environ 450 pages sur 500 de la biographie). Quant à l’argument sempiternellement répété de la « contextualisation historique » qui excuserait cette violence, c’est un miroir aux alouettes auquel ne se laissent prendre que les esprits naïfs et faibles : « Il s’agit d’une interprétation humaine marquée par une histoire circonstancielle et divinisée au fil du temps. Confondant islam et ceux parmi les musulmans qui se revendiquent de cette lecture violente de l’islam, l’essentialisation devient alors automatique. »

  • L’État Islamique a raison (au regard du droit musulman « classique »)

Le plus curieux dans le discours de Tareq Oubrou est, qu’étant parti de la position initiale niant le caractère intrinsèquement violent de l’islam, son discours évolue jusqu’à conclure avec bon sens : l’État Islamique a raison ! ll est tout à fait étonnant de lire ce constat sous la plume d’un imam « modéré » : « Le paradoxe actuel est que certains oulémas condamnent l’Organisation de l’État Islamique en Irak et au Levant (Daech), laquelle ne fait qu’appliquer un droit canon classique qu’eux-mêmes dénoncent avec acharnement. Ce sont en quelque sorte des pompiers pyromanes qui squattent les universités théologiques du monde musulman – y compris la principale, celle d’Al-Azhar, au Caire – et qui paraissent donner raison à ceux qui ne font pas de différence entre islam et islamisme, islam et intolérance, islam et violence. De fait, les germes de cette pensée ne se trouvent pas dans l’islam radical et violent, mais bien dans cette vision fondamentale classique du droit canonique. »

En effet, j’ai eu l’occasion d’expliquer à maintes reprises sur ce site et au travers de mon livre « Les sources doctrinales de l’État Islamique » (http://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-111-8_les-sources-doctrinales-de-l-etat-islamique-tome-1/), que la cohérence doctrinale de l’État Islamique au regard des sources musulmanes « classiques » n’est pas fortuite. Quiconque lit la propagande de l’État Islamique s’en rend compte rapidement (l’ampleur dans l’horreur terroriste étant une autre question). Avec raison, Tareq Oubrou en vient donc à reconnaître qu’il faut poser un débat de fond au sein de l’islam : la question de fond n’est pas le terrorisme de l’État Islamique mais le contenu de la doctrine musulmane « classique » ou « orthodoxe », défendue par la plupart des pays du Golfe aujourd’hui. C’est un point absolument essentiel.

Quiconque prend conscience de l’importance de cette question comprend pourquoi l’islam dit « modéré » est incapable de produire un contre-discours sérieux face aux mouvements fondamentalistes – sauf à faire exploser l’islam au travers de l’effondrement de sa doctrine – et pourquoi parler de « méthode de déradicalisation » n’a aucun sens puisqu’il n’y a qu’une façon de se déradicaliser par rapport à une doctrine : l’abandonner, c’est-à-dire apostasier dans le cas de l’islam. J’attends le jour où le gouvernement français se donnera pour objectif l’apostasie de tous les musulmans vivant en France…

  • Conclusion : une logique de pensée particulièrement tortueuse mais qui soulève un débat de fond

Je ne chercherai pas à essayer de démêler les tenants et aboutissants du cheminement intellectuel de Tareq Oubrou, tant il est confus et contradictoire. On finit par se demander s’il est bien conscient de la portée de ses propos tant ceux-ci vont parfois à rebours de son intérêt : la défense de l’islam. Reste que cette confusion est parfois honorable puisqu’il arrive qu’elle révèle parfois une certaine forme d’honnêteté et de courage dans les débats de fond qu’elle conduit à soulever de façon incontournable.

Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (13) L’exemplarité de Mahomet, ou « Pourquoi l’islam a intrinsèquement besoin de la violence »

  • Problématique

Bien que Mahomet ait agi pour l’essentiel, on l’a vu dans de précédents articles, comme un chef de clan conduisant une guerre pour établir son pouvoir au nom de la religion, celui-ci est donné en exemple par l’islam à tout musulman. La question est donc de préciser quelles conséquences pratiques doit tirer aujourd’hui le musulman au regard de cette référence incontournable.

  • Mahomet, l’exemple à suivre

Pour Tareq Oubrou, « Le Coran exhorte le musulman à suivre l’exemple du Prophète. Malheureusement, on confond souvent deux choses : suivre son exemple et le copier ; la référence et l’identification. Rares sont ceux qui sont capables d’éviter une telle confusion. La référence consiste à prendre le Prophète comme modèle en tenant compte, d’une part, du contexte spécifique dans lequel il a vécu, et, d’autre part, du contexte spécifique dans lequel vit le musulman et de son identité personnelle. (…) L’identification, elle, s’apparente souvent à une imitation bête et à une aliénation néfaste. »

La question de l’imitation de Mahomet pose ainsi une question fondamentale : que vaut aujourd’hui, au XXIème siècle, l’islam de Mahomet, guerrier, qui a combattu les mécréants armes à la main ?

L’argument de Tareq Oubrou est fondé sur l’idée que le comportement tribal et guerrier de Mahomet ne constituerait plus un exemple à appliquer aujourd’hui car il serait devenu caduc. C’est ce que Tareq Oubrou exprime par la référence au « contexte spécifique dans lequel Mahomet a vécu » et qui aurait justifié la guerre. On retombe encore une fois dans cet illogisme fondamental : Mahomet, dernier prophète, prétendait délivrer une parole divine, définitive et universelle, mais il l’a en réalité pliée aux contraintes tribales de l’époque.

Il est évident que les fondamentalistes musulmans et nombre d’imams des pays du Golfe sont loin d’être du même avis quant à la caducité du caractère guerrier de l’islam. Et évoquer, au sujet de l’imitation stricte du comportement du Prophète,  « une imitation bête et une aliénation néfaste » est justifiable des délits de blasphème et d’apostasie.

  • Mahomet, l’intouchable

En réalité, ce type de relativisation peut naturellement choquer tous les musulmans attachés à la figure mythifiée de leur prophète, moins pour une raison doctrinale – puisqu’en terme de spiritualité la relativisation n’a aucun sens –, qu’en termes de frustration identitaire face un Occident jusque-là dominateur et qui ose porter atteinte à la mémoire du bédouin, avec la complicité involontaire d’un imam français.

Tareq Oubrou en donne une autre illustration à propos de la francisation du nom de Muhammad (ou Mohammed) en Mahomet qui irrite tant certains musulmans mais qu’il ne fait pas sienne, avec un bon sens bien occidental : « Il est étonnant de constater la réaction scandalisée de nombreux musulmans, et pas forcément les plus pratiquants, dès qu’ils entendent prononcer le nom « Mahomet ». Ils estiment que ce vocable est le résultat d’une laïcisation profanatrice de la personne du Prophète. Ils se lancent dans des élucubrations linguistiques très poussées (…). Ces mêmes musulmans qui contestent l’usage de « Mahomet » n’ont en revanche aucun problème pour traduire en français les noms des autres prophètes de l’islam, non arabes : Îsa devient Jésus, Mûsâ devient Moïse, etc. (…) D’ailleurs, les noms arabes de ces prophètes sont déjà des traductions de noms qui n’étaient pas arabes, mais hébreux ou syriaques – Moïse était Moshé en hébreu comme en syriaque, Jésus était Yeshu’a en hébreu ou Yasû en syriaque… (…) En croyant islamiser les prophètes par l’arabisation de leur nom, on atteint le comble de la confusion entre le théologique et l’identitaire ethnique. De façon tout aussi incohérente, ces musulmans rétifs au nom de Mahomet n’ont aucune objection à traduire Allah par Dieu. »

  • Conclusion : l’islam, une idéologie politique violente et non une spiritualité

Compte tenu de ce qu’a été la vie de Mahomet, remplie de batailles et de guerres à compter de l’hégire comme en témoigne formellement la Sîra, l’islam dit « modéré » d’Europe et de France est pris dans un étau et écrasé : d’un côté, par un islam fondamentaliste, qui retourne sans état d’âme aux sources (musulmanes) incontournables et indubitables de l’islam des origines, et de la violence qui l’a accompagné constamment à partir de Médine ; de l’autre, par le risque de faire exploser ou de dissoudre l’islam dans ses contradictions à trop vouloir excuser cette violence originelle, jusqu’à aboutir à une relativisation du message coranique incontrôlable et irréversible. Pour maintenir le carcan qui lui assure sa survie, l’islam a besoin tôt ou tard de la violence.

En effet, la violence (physique et psychologique), qui s’exprime par l’intolérance et par les peines et châtiments encourus pour des motifs religieux (blasphème, absence de respect du ramadan, apostasie, etc.), sont pour l’islam une question existentielle.

Sauf à pratiquer (comme en réalité bon nombre de musulmans occidentaux jusqu’ici) un islam qui a pris ses distances par rapport à l’islam de Mahomet, jusqu’à presque le renier ou l’abandonner de fait – d’où la qualification d’islam « déviant » ou « dévoyé » au regard de l’orthodoxie –, l’islam ne peut pas survivre dans un milieu ouvert, imprégné par l’esprit critique, où les tabous religieux n’existent pas, c’est-à-dire où tout discours religieux ou spirituel est acceptable ; car ce serait accepter l’hypothèse que l’islam puisse avoir tort, notamment par la bouche de son prophète. Aucun pays musulman ne l’accepte aujourd’hui.

L’interview de l’ambassadeur d’Arabie Saoudite à l’O.N.U., Abdallah al-Mouallimi, réalisée en mars 2016, explique fort clairement ce point de vue : toute remise en cause d’Allah, tout doute exprimé publiquement sont jugés comme subversifs et assimilables à du terrorisme dans la terre sainte de l’islam (et donc passibles de la peine de mort). Difficile d’être plus clair ! Mieux vaut pratiquer la taqiya en Arabie Saoudite si vous voulez rester vivant…

Arabie Saoudite Liberte de conscience 2016 mars

Or, qu’on le dise une bonne fois pour toutes : si la formulation peut dans une certaine mesure dépendre d’un contexte historique, le contenu d’un message véritablement spirituel est fondamentalement universel et définitif, et les valeurs profondes qu’il exprime sont intemporelles : ce message doit refléter une vision définitive du monde et de son sens et plus encore quand on prétend être le dernier prophète –, et ne peut en aucun cas dépendre des vicissitudes des sociétés humaines et des mœurs du temps.

« Les sources doctrinales de l’État Islamique » : Publication papier

Mon ouvrage « Les sources doctrinales de l’État Islamique » (2 tomes), précédemment disponible en e-book aux éditions UPPR, est maintenant disponible en format papier : si vous voulez avoir les idées claires pour quelques euros sur la logique de l’État Islamique et sur les textes authentiques de l’islam auxquels il se réfère et dont les « spécialistes » ne vous parlent pas.

http://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-111-8_les-sources-doctrinales-de-l-etat-islamique-tome-1/

http://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-110-1_les-sources-doctrinales-de-l-etat-islamique-tome-2/

La violence de l’islam expliquée à la télévision française : (1) Une violence « normale » car les mœurs l’Arabie du VIIème siècle étaient violentes ?

À l’heure où un nouvel attentat revendiqué par l’État Islamique vient d’endeuiller l’Allemagne, il est intéressant de revenir au travers de quelques articles sur l’émission (en 2 volets) de France 2 « Islam » consacrée aux rapports de l’islam avec la violence et qui vient, curieuse coïncidence, d’être diffusée les dimanches 4 et 11 décembre 2016.

  • Préambule : petit rappel

S’agissant du terrorisme musulman vis-à-vis des sociétés non-musulmanes, je rappelle, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’indiquer dans l’article consacré à l’attentat de Nice (http://islametoccident.fr/?p=3043), qu’il trouve ses racines dans le Coran puisqu’il s’agit dans la doctrine de l’islam pour Allah de jeter « l’effroi », donc d’« effrayer » les non-musulmans par la terreur non seulement de l’au-delà mais aussi ici-bas par l’entremise des musulmans (d’où les appels au jihad, au martyre, le massacre des juifs Banû Quraydha de Médine, etc.). Rappelons en effet quelques versets :

Sourate 3, verset 151. Nous jetterons l’effroi dans les cœurs des mécréants (…)

Sourate 8, verset 12. Rappelez-vous quand ton Seigneur inspirait les anges en leur disant : « Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez leurs cous ; frappez-les sur les doigts. »

Verset 59, verset 2. C’est Lui [Allah] qui a expulsé de leurs maisons, ceux des gens du Livre qui ne croyaient pas, en prélude à leur rassemblement [pour le jugement dernier]. Vous [croyants] ne pensiez pas qu’ils partiraient et ils pensaient que leurs fortins les défendraient contre Allah. Mais Allah est venu à eux par où ils ne s’attendaient point et a jeté l’effroi dans leurs cœurs. Ils démolirent leurs maisons de leurs propres mains avec l’aide des croyants. Tirez-en une leçon, ô vous êtes doués d’intelligence.

L’État Islamique connaît très bien ces textes (et d’autres sur le même thème, par exemple la multitude de textes sur le martyre), qui embarrassent tellement l’islam « modéré », et ne manque pas de les citer abondamment. Face à cela, on attend toujours aujourd’hui le contre argumentaire des représentants de l’islam de France. C’est sans doute la raison pour laquelle un des intervenants de l’émission de France 2 citée ci-dessus éprouve une telle difficulté à définir et à expliquer ce qu’est la fameuse « radicalisation », et à imaginer comment « déradicaliser », car c’est imaginer un autre sens au Coran que celui qui s’impose à tout lecteur un tant soit peu de bonne foi.

France 2 Islam 161211 Islam et Violence 2 Extrait 1

Quant au procédé consistant à utiliser des engins mobiles, l’État Islamique, comme les autres mouvements fondamentalistes, a depuis longtemps capté la symbolique « effrayante » des moyens mobiles modernes et donc leur efficacité comparativement aux moyens disponibles à l’époque de Mahomet : ce genre d’attaque n’est pas une nouveauté puisque le procédé est décrit précisément dans la propagande de ces mouvements : Al Qaïda en 2010 et encore récemment l’État Islamique dans sa revue « Rumiyah » d’octobre 2016, toutes choses qui sont à la portée du public sur internet et pas seulement à celle des « spécialistes » gouvernementaux ou des universitaires.

Le plus accablant dans tout cela pour les autorités face à cette épouvantable et injustifiable violence, comme l’a rappelé le criminologue Alain Bauer dans une enceinte militaire mi 2016, est surtout que les mouvements terroristes ont beau écrire ce qu’ils vont faire et comment ils vont s’y prendre, ils ne sont pas toujours pris au sérieux.

Aussi pour les lecteurs qui veulent sortir des sentiers battus et rebattus par le politiquement correct et qui veulent vraiment tenter de mieux comprendre l’origine doctrinale de la terreur en islam et son rapport avec celle mise en œuvre par l’État Islamique, ils peuvent se reporter à mon ouvrage « Les sources doctrinales de l’État Islamique » (2 tomes de 40 pages) publié aux éditions UPPR sous format e-book en début d’année 2016 (prochainement édité en format papier).

Mais revenons maintenant dans ce premier article au premier des arguments présentés pour tenter de dissiper chez les non-musulmans le sentiment que l’islam serait une religion violente encore aujourd’hui et que « ce n’est pas cela l’islam, selon la formule consacrée ».

  • 1er argument : il est « normal » que l’islam contienne une certaine violence en raison des mœurs de l’Arabie du VIIème siècle

Selon ce premier argument, la violence serait d’une certaine façon « naturelle » et donc excusable en islam car l’islam est né dans un milieu imprégné par la violence des traditions tribales de la péninsule arabique du VIIème siècle. Comme le dit très simplement le reportage : « La violence est dans les us et coutumes de l’époque ».

France 2 Islam 161204 Islam et Violence 1 Extrait 1

À cela, on peut faire plusieurs remarques :

1) Si – laissons-nous déraisonner un instant et verser dans le monde de l’imaginaire – c’est bien Allah qui a transmis son message par la bouche de Mahomet, pourquoi Allah se sent-il lié aux coutumes tribales de l’Arabie du VIIème siècle ? A-t-il peur des hommes ? N’est-il pas censé délivrer un message universel d’amour et de paix comme nouveau guide pour les hommes ?

2) Si on met de côté la chimère d’Allah, à quoi sert d’être « prophète » si ce n’est que pour prendre acte de la brutalité des mœurs du temps sans tenter de la réformer et donc ne pas donner un autre exemple ?

3) Les mœurs dans l’antiquité romaine n’étaient guère moins brutales. Pourquoi Jésus a-t-il, lui, conservé une attitude totalement pacifique, refusant que ses partisans le défendent et jusqu’au point d’accepter de se faire crucifier ? Gandhi a-t-il eu recours à la violence ?

Quant à l’argument : « Dans une économie de survie, tuer n’a pas de sens car la perte d’un membre du groupe est une mise en danger de la tribu. », il me paraît assez incompréhensible. Il ne s’agit pas de tuer les siens mais de tuer les ennemis des autres tribus.

Enfin, conclure par : « Ainsi, la paix est la règle et la guerre l’exception. », c’est juste ignorer la pratique de Mahomet qui ne s’est pas privé de faire la guerre et de tuer, voire de massacrer, ceux qu’il considérait être ses ennemis. Voici juste pour rappel un extrait de la table des matières de la biographie de Mahomet (Sîra) à l’époque de Médine que n’importe qui peut consulter dans une bonne librairie :

Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (3) L’islam n’est pas prosélyte

tareq-oubrou-ce-que-vous-ne-savez-pas

  • Un prosélytisme inquiétant s’est installé en France

L’installation de l’islam en France conduit manifestement au développement d’un communautarisme qui tend à s’étendre sous l’action d’un prosélytisme plus ou moins actif : remplacement organisé d’anciens commerces par des commerces musulmans dans certains quartiers, pression vestimentaire et comportementale – surtout à l’égard des femmes –, restriction de la liberté de parole en matière de critique des religions et surtout de l’islam dans les médias, comportement ostensiblement religieux dans l’espace public, revendications religieuses de plus en plus pressantes dans l’espace privé (notamment en entreprises), etc.

Ce prosélytisme conduit de fait la France dans une libanisation progressive du territoire et constitue naturellement un facteur fort d’inquiétude de la population de souche. Face à ce constat, Tareq Oubrou cherche à rassurer  en tentant de convaincre du caractère inoffensif de l’islam en matière de prosélytisme religieux : voyons comment.

  • Le prosélytisme : ce que disent les textes sacrés

Rappelons d’abord que les textes sacrés de l’islam sont clairs sur la nécessité du prosélytisme. Quelques extraits parmi d’autres :

Sourate 2, verset 193. Combattez-les [les mécréants] jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que la religion soit entièrement à Allah seul (…)

Sourate 8, verset 39. Combattez les infidèles jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus de tentation d’abjurer et que la religion soit entièrement à Allah. S’ils cessent le combat [pour être pardonnés], qu’ils sachent qu’Allah voit parfaitement ce qu’ils font.

Hadith (Bukhari, Muslim) : D’après Abdallah Ibn Umar, l’Envoyé de Dieu a dit : « J’ai reçu l’ordre de combattre les mécréants sans relâche jusqu’à ce qu’ils professent qu’il n’y a d’autre divinité qu’Allah et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah, qu’ils accomplissent la prière et qu’ils s’acquittent de l’aumône légale. S’ils le font, leurs vies et leurs biens seront respectés, sauf quand l’islam permettra d’y porter atteinte. Pour le reste, ils ne devront de comptes qu’à Dieu ».

Notons à cet égard que le prosélytisme est logique. Ainsi, les chrétiens sont en principe prosélytes puisqu’ils sont chargés de répandre la « bonne nouvelle » du Christ. Le problème, dans le cas de l’islam, est la façon dont ce prosélytisme s’autorise – de différentes façons  – à « imposer » l’islam à la société française.

  • L’argument « surprenant » du contact avec le Prophète

    Face à ces textes tout à fait clairs, incontournables et incontestés dans le monde musulman, Tareq Oubrou développe une théorie pour le moins surprenante qui semble limiter à Mahomet l’obligation de transmettre le message de l’islam. Il écrit en effet : « Rappelons que, selon la dogmatique musulmane classique et orthodoxe, notamment sunnite, seul un messager ou envoyé a l’obligation canonique de transmettre la révélation. C’est le cas de Moïse, de Jésus, de Mahomet,.. Le simple prophète (nabî), lui, reçoit la révélation, mais n’a pas l’obligation de la transmettre, à l’instar de Marie, mère de Jésus, prophétesse, mais non missionnée. Puisque le simple musulman n’est même pas un simple prophète, il n’est en aucune manière obligé de transmettre la religion aux non-musulmans. »

    Il serait vraiment intéressant de savoir sur quels textes se fonde Tareq Oubrou pour tenir ce raisonnement qui me semble aller à l’encontre de toute la philosophie et de toute la pratique de l’islam ; malheureusement, il ne l’indique pas dans son livre.

  • Le concept audacieux de « mécréance »

    Mais Tareq Oubrou ne s’arrête pas là. Pour lui, la véritable incrédulité (justifiant l’utilisation du terme de « kafîr » ou mécréant, avec ses conséquences en terme de châtiment terrestre ou céleste) se réduit finalement à la seule période mahométane car liée à la possibilité d’un contact direct avec Mahomet. Il écrit : « Pourtant, selon le Coran, le salut est lié au libre choix de la personne de suivre ou non le Prophète. N’est responsable d’un tel choix que celui qui a rencontré le Prophète missionné, a vu les signes et les miracles qu’il a accomplis, et a reçu son message de manière claire. (…) De ce point de vue, seule une personne qui a connu un prophète-messager (« rasûl ») et a refusé de croire en lui en connaissance de cause peut être qualifiée de « kâfir ». Par conséquent, cette notion, dans son sens négatif, est restreinte au seul moment coranique. (…) En dehors de ce champ, la personne qui n’accède pas à la vérité du Coran n’est pas responsable ; elle ne peut donc pas être qualifiée de « kâfir ». »

    Là encore, on aimerait savoir sur quels versets se fonde Tareq Oubrou pour déresponsabiliser le mécréant car on a bien du mal à les trouver ; malheureusement, il ne l’indique pas.

  • Conclusion

    Les raisonnements de Tareq Oubrou laissent à vrai dire pantois tant ils sont « surprenants », pour ne pas dire ahurissants. Tareq Oubrou ne donnant pas ses sources, on ne peut malheureusement pas essayer de retrouver le chemin qui l’a conduit à de telles affirmations ; c’est bien dommage. Tout cela me semble en contradiction complète avec la lettre et l’esprit des textes sacrés de l’islam.

    Si un lecteur de ce site dispose d’informations à ce sujet, je veux bien qu’il éclaire ma lanterne.

Les leçons de taqiya de Tareq Oubrou : (1) La liberté religieuse en islam : l’argument fallacieux de la diversité du monde

tareq-oubrou-ce-que-vous-ne-savez-pas

  • Problématique

Il est de notoriété publique que la reconnaissance de la liberté religieuse (ou de conscience), c’est-à-dire la liberté pour tout individu de choisir sa religion et d’en changer sans subir à ce titre aucune sanction, pose d’énormes problèmes en islam, y compris aux musulmans « modérés » vivant dans les pays occidentaux. L’apostasie, c’est-à-dire le fait de quitter l’islam, est punie dans les pays musulmans (jusqu’à la mort parfois) et fait l’objet, chez les musulmans occidentaux, d’une réprobation évidente, souvent accompagnée de représailles sociales ou de menaces physiques (quand elle n’est pas accompagnée d’actes de violence réels).

Le Conseil Français du Culte Musulman, présenté par nos politiques comme l’organisation centrale de dialogue avec l’islam de France refuse d’ailleurs encore aujourd’hui d’inscrire dans les droits fondamentaux du musulman celui de pouvoir quitter l’islam (cf. http://islametoccident.fr/?p=1023).

La situation est suffisamment dramatique pour que l’Institut du Monde Arabe ait même organisé en novembre 2015 une conférence/débat dont le titre était : « Quelle place dans la religion musulmane pour une véritable liberté personnelle, de conscience et de choix ? » C’est dire !

Tareq Oubrou confirme d’ailleurs ce diagnostic : « Dans l’esprit de l’immense majorité des musulmans, l’incroyance est un délit, et tout non-musulman mérité la malédiction et la sanction eschatologique, la Géhenne. Cette croyance est à l’origine d’une rupture mentale grave entre les musulmans et les non-musulmans. » Et on imagine bien l’abîme qui s’ouvre alors en France avec la conception laïque de la société, créant un véritable conflit de culture et de civilisation.

  • La diversité du monde comme argument pour la tolérance

Pour combattre l’intolérance musulmane, Tareq Oubrou utilise l’argument de la diversité du monde, dont il prend acte, et qu’il attribue nécessairement de son point de vue à une volonté divine : « L’univers des croyances est à l’image de celui des hommes : il est multiple. Cette pluralité est exprimée à plusieurs reprises dans le Coran comme une volonté inéluctable de Dieu : « Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous une seule communauté (sourate 16, verset 93) » ; « Et si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait d’eux une seule communauté (sourate 42, verset 8) » ; « Si ton Seigneur l’avait voulu, Il aurait rassemblé tous les hommes en une seule communauté. Or ils ne cesseront d’être en désaccord (sourate 11, verset 118) ». »

Et il en déduit une affirmation en réalité indémontrable : « Si l’on entend bien ces passages, cette diversité est non seulement un fait historique, mais un vouloir divin, à respecter en tant que croyant musulman. Il ne s’agit même plus là d’une question de tolérance. », qu’il exprime également en écrivant : « Si la diversité religieuse procède d’une volonté de Dieu, alors le projet de convertir toute l’humanité s’annule de lui-même. Non seulement c’est une mission impossible, mais ce serait insensé, pour ne pas dire une folie. »

En effet, la diversité du monde religieux n’est pas en soi une preuve que Dieu souhaite qu’il en soit à jamais ainsi. Au contraire, et c’est même beaucoup plus logique – pour autant que Dieu existe –, on peut tout à fait défendre l’idée selon laquelle cette diversité est le moyen pour Dieu d’éprouver la foi des hommes : des croyants dans leur volonté d’étendre le royaume de Dieu sur terre ; des non-musulmans à qui la connaissance du message de Mahomet est apportée et qui choisissent ou non de rester dans l’égarement, justifiant alors de ce fait leur punition (ou non) ici-bas ou dans l’au-delà. Car il faut rappeler qu’avant de tuer les non-musulmans dans le cadre du jihad, les musulmans doivent toujours leur offrir le choix de la conversion : s’ils se convertissent à l’islam (avant de devenir prisonniers – ceci pour éviter les fausses conversions destinées uniquement à échapper à la mort –), ils sont épargnés.

  • La foi ne peut pas être imposée mais l’incroyance peut, elle, être sanctionnée ici-bas

Tareq Oubrou écrit : « Mahomet est le premier à le savoir : « Quels que soient tes efforts, la plupart des hommes ne croiront pas (sourate 12, verset 103) ». » En effet, c’est un simple constat qui prend acte de l’égarement volontaire des hommes justifiant leur châtiment.

Tareq Oubrou reprend d’autres versets du Coran qui disent la même chose : « La foi ne peut donc pas s’imposer : « Dis que la vérité vient de Dieu ; quiconque ne veut pas croire, qu’il ne croie pas (sourate 18, verset 29) » ; « Point de contrainte en religion. Le chemin juste s’est désormais distingué de celui de l’égarement (sourate 2, verset 256) » [sans compter que ce verset s’adressait aux juifs de Médine dans un contexte précis et qu’il a été en pratique abrogé, Mahomet les ayant pourchassé ou exterminé] ; « Si ton Seigneur l’avait voulu, tous les habitants de la terre auraient été croyants. Est-ce à toi de contraindre les hommes à croire ? (sourate 10, verset 99) ». Non seulement Mahomet n’avait pas de pouvoir coercitif en la matière, mais il était surtout conscient que la conversion est une affaire intime et personnelle, et que la clé des cœurs se trouve dans la main de Dieu : « Tu ne guides pas ceux que tu aimes. C’est Dieu qui guide celui qu’Il veut (sourate 28, verset 56) », lui rappelle le Coran. »

Le rôle de messager de Mahomet consistait donc à exposer aux hommes la doctrine de l’islam pour les amener à se convertir (cette conversion devant s’accompagner, ce qui n’était pas neutre d’un point de vue politique, de l’obéissance temporelle à Mahomet). Ainsi Tareq Oubrou écrit : « La tâche de Mahomet était d’exposer la vérité, et non de l’imposer : « Il n’incombe à l’Envoyé que de transmettre (sourate 5, verset 99) ». Ce principe revient onze fois dans le Coran. (…) « Appelle [les hommes] à venir sur le chemin de ton Seigneur par la sagesse et la bonne exhortation (sourate 16, verset 125) ». »

La foi est effectivement une affaire strictement intime et personnelle : on ne peut pas forcer quelqu’un à croire. Mais s’il ne croit pas, alors il encourt le châtiment selon la volonté même de Dieu. Il suffit de lire le Coran pour égrener la liste extrêmement longue de versets consacrés au sort terrible réservé aux mécréants, à l’exhortation au jihad et à la glorification du martyr. Si vous en doutez, vous pouvez vous reporter utilement au « Livret musulman de premier secours », téléchargeable sur ce site (livret-musulman-27-juillet-2016).

  • Mahomet, le Prophète de l’amour ??

La notion d’« amour », entendu au sens chrétien ou bouddhiste (empathie, compassion, etc.), n’existe pas dans le Coran. La notion de « paix » ne s’adresse par ailleurs en réalité qu’aux musulmans qui peuvent vivre entre eux dans la « paix » de l’islam. Ce qui existe, c’est la notion de juste ou d’injuste : est juste celui qui applique les préceptes de l’islam.

Si Tareq Oubrou mène des raisonnements pour le moins contestables, il est encore plus ennuyeux de le voir travestir le sens littéral de certains hadiths à des fins de glorification de Mahomet, comme si Mahomet avait été l’apôtre d’une religion d’amour.

Ainsi, Tareq Oubrou écrit dans son livre : « Mahomet devait surtout porter de l’amour à ceux à qui il s’adressait. On rapporte que, lorsque les polythéistes le frappèrent, tout en essuyant le sang qui coulait sur son visage, il pria son Dieu : « Ô Seigneur, pardonne à mon peuple, car ils ne savent pas (Bukhari n°3477) ». »

Or donnons la version complète de ce hadith authentique de Bukhari dont Tareq Oubrou ne cite que la dernière phrase : « Shaqîq rapporte qu’Abadallâh Ibn Mâsud a dit : « Il me semble encore voir le Prophète racontant qu’un prophète avait été frappé par son peuple. Comme le sang coulait, ce prophète essuya le sang qui coulait sur son visage et dit : « Ô mon Dieu, pardonne à mon peuple parce qu’il ne sait pas. » »

Donc il ne s’agit pas des paroles de Mahomet mais de celles d’un prophète – en l’occurrence Jésus (considéré comme un prophète par l’islam) au moment de sa crucifixion – que Mahomet cite en référence, la version de l’évangile de Luc (23, 33-34) étant : « Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils [les Romains] l’y [Jésus] crucifièrent ainsi que les malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Et Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » Puis, se partageant ses vêtements, ils tirèrent au sort. »

En d’autres termes, Tareq Oubrou fait passer les paroles du Christ pour les paroles de Mahomet ! C’est oubrouesque, surtout quand on connaît la vie de Mahomet !

En effet, la principale (si ce n’est la seule – à ma connaissance –) référence à du sang coulant sur le visage de Mahomet correspond à la bataille d’Uhud où les musulmans furent battus et où Mahomet fut à deux doigts de perdre la vie, bataille qui relevait simplement du domaine classique de la guerre entre deux clans tribaux rivaux d’Arabie. En voici le récit figurant dans la biographie (Sîra Ibn Hîcham) de Mahomet, où l’on voit au contraire que les paroles de Mahomet – pleines de reproche – sont précisément inverses à celles du Christ – pleines de miséricorde – :

« Les Quraych ne cessaient de harceler les musulmans à coup de sabre. Ils les délogèrent de leur campement, les poursuivirent et ce fut la défaite. Dans leur fuite, quelqu’un cria : « Muhammad a été tué ! » Les musulmans se retournèrent : l’ennemi les poursuivit et fit parmi eux beaucoup de victimes. Ce fut un jour d’épreuve et de malheur, où Dieu fit à un grand nombre de musulmans l’honneur du martyre. Les Quraych parvinrent enfin à atteindre le Prophète. Ils lui lancèrent des pierres en si grand nombre qu’il tomba sur le côté. Son casque de mailles fut défoncé et les anneaux lui blessèrent la lèvre, lui cassèrent deux dents et lui firent une large entaille sur la joue. Le sang coulait sur son visage. (…) Le premier qui ait reconnu le Prophète après la débâcle et la rumeur de sa mort fut Ka’b ibn Mâlik. Il racontait : j’ai vu ses yeux briller sous son casque de maille et j’ai crié : « À la bonne heure ! Musulmans, voici l’Envoyé de Dieu ! » Il me fit signe de me taire. Les musulmans accoururent, soulevèrent le Prophète et le menèrent vers le flanc d’une colline. Ali lui apporta de l’eau dans son bouclier de cuir. Le Prophète, trouvant à l’eau une mauvaise odeur, refusa d’en boire. Pour enlever le sang qui était sur son visage, le Prophète se versa de l’eau sur la tête en disant : « La colère de Dieu gronde contre ceux qui ont ensanglanté le visage de son Prophète ». » Stupéfiant, non ?

  • Conclusion

Un simple constat, la diversité religieuse du monde, ne vaut aucunement approbation, même passive ! La foi est un acte libre. Dieu (Allah) offre aux hommes le choix libre de l’islam ou de l’égarement : s’ils choisissent de s’égarer en ayant entendu le message de l’islam, ils doivent subir le châtiment dès ici-bas et, si ce n’est pas le cas, Allah s’en occupera dans l’au-delà. La liberté religieuse (ou de conscience), sous la forme du droit de changer de religion sans craindre aucun châtiment ici-bas, n’existe pas en islam.

La vision de l’islam de Tareq Oubrou est une vision molle qui revient finalement à considérer l’islam comme une religion possible parmi d’autres, qui peut être vécue passivement par ses adeptes dans une forme d’insouciance à l’égard de ceux qui apostasient : il est sûr que cette vision est beaucoup plus rassurante pour les occidentaux que l’islam de Mahomet, qui ne s’est guère embarrassé de ce genre de considérations : il suffit de lire sa biographie pour en prendre conscience (razzias, meurtres, guerres, viols, torture,..).

Le danger est donc de croire que l’islam de Tareq Oubrou est représentatif de l’islam en général : ce qu’il n’est absolument pas. C’est juste l’islam de Tareq Oubrou.

Du coup, on comprend beaucoup mieux pour quelles raisons doctrinales profondes, notamment concernant la liberté religieuse, l’État Islamique a condamné à mort Tareq Oubrou, imam apostat qui fait dévier les musulmans du droit chemin montré par Mahomet.

Fondamentalisme musulman et théorie du complot : une impasse

  • La problématique

Dans la grande marmite du pot-au-feu « islamiste » que nous mitonnent islamologues et politiques européens, la théorie du complot semble tenir bonne place. À en croire certains, les théories du complot – principalement occidental, américain ou juif – viendraient renforcer les thèses des terroristes musulmans et de ce fait accroître l’attrait de leurs mouvements aux yeux de tous ceux, notamment les jeunes, qui sont en quête d’identité et ont besoin de se raccrocher à une figure tutélaire et simplificatrice.

france-2-islam-161023-radicalisation-extrait-4

france-2-islam-161023-radicalisation-extrait-4

Il est donc intéressant d’étudier si les mouvements fondamentalistes musulmans font la même analyse et cherchent à instrumentaliser les théories du complot dans le but de renforcer leurs rangs.

  • Analyse

Or tel n’est visiblement pas le cas, si l’on en juge en tous cas par l’État Islamique qui s’est prononcé clairement sur la question. En effet, l’État Islamique rejette complètement les théories du complot qui peuvent s’emparer de l’esprit de certains musulmans. Selon une analyse doctrinale logique et cohérente, les théories du complot font partie pour l’État Islamique du domaine honni du polythéisme (« shirk ») car ce sont des voies qui aboutissent à attribuer à des puissances terrestres le pouvoir de lutter avec Allah et donc de contester la réalité de son infini pouvoir, comme s’il s’agissait de luttes entre plusieurs puissances ou dieux.

theorie-du-complot-ei

Ainsi, le 11 septembre serait le résultat d’un gigantesque complot destiné à justifier l’invasion des pays musulmans au Moyen-Orient par les Croisés (chrétiens soutenus par les juifs) ? « Eh bien, non ! » nous dit l’État Islamique, pour qui ces théories ne sont que le fruit du désir et de la sottise.

Si les Croisés complotent assurément, leurs complots sont faibles et peu efficaces pour de multiples raisons : « Les incrédules sont divisés, ont de l’animosité et de l’inimitié les uns envers les autres (…) quoiqu’ils s’unissent contre les musulmans, leur ennemi commun. (…) Leurs conspirations réelles se traduisent toujours par des éléments tangibles et il ne faut pas les déduire de suppositions sans fondement. (…) Les grandes conspirations, comme celle supposée du 11 septembre, mêlent tant de facteurs que seul Allah peut en avoir le contrôle. (…) Une perspective aussi exagérée correspond à une remise en cause du tawhid. (…) L’objet des théories du complot est d’exagérer le pouvoir des mécréants et ainsi de paralyser les musulmans dans l’analyse des événements et finalement de leur faire craindre les mécréants plus qu’ils ne craignent Allah. C’est une méthode pour ruiner la confiance des musulmans en leur Seigneur. »

Pour l’État Islamique, adhérer à ces théories est donc une mauvaise excuse pour éviter de lutter sans merci contre un adversaire qu’on pense trop fort, avec qui on pense donc qu’il est obligatoire de composer, ce qui conduit in fine à négocier avec lui des arrangements politiques et militaires inacceptables au regard de la doctrine de l’islam et au regard d’Allah.

  • Conclusion

On peut difficilement trouver un démenti plus formel aux théories du complot que celui de l’État Islamique. Il semble donc assez cocasse de citer en référence à ce qui pousserait les jeunes vers le terrorisme musulman les théories du complot alors que ceux qui en seraient les principaux bénéficiaires les rejettent totalement. Et c’est d’autant plus grave que c’est, pour expliquer l’attrait suscité par les mouvements terroristes musulmans, orienter les esprits sur une mauvaise piste et détourner l’attention d’une problématique essentielle : la valeur exemplaire du modèle prophétique, Mahomet, chef de clan, guerrier sans état d’âme, massacreur de juifs.

En revanche, lutter de façon générale contre les théories du complot (sans être naïf néanmoins quant à l’existence de lobbys et de convergences d’intérêts dont la manipulation des opinions est une des armes) est effectivement nécessaire pour apprendre, notamment aux jeunes, à réfléchir et ne pas se contenter d’une solution simplificatrice toute faite qui a surtout pour effet de renforcer l’idée préconçue que l’on se fait des choses sans la soumettre à la critique.

L’État Islamique a-t-il raison de justifier sa violence contre les mécréants en se fondant sur l’exemple de Mahomet ?

  • S’intéresser à la doctrine des fondamentalistes pour se faire sa propre opinion

Si l’État Islamique a vocation à disparaître tôt ou tard du théâtre mondial au gré de la valse des intérêts politico-économiques internationaux, il n’en est pas de même de l’idéologie religieuse et terroriste qui le sous-tend. Aussi est-il d’un intérêt certain de déterminer si les fondements doctrinaux de ce mouvement trouvent des racines authentiques dans l’islam des origines, c’est-à-dire l’islam de Mahomet, puisque Mahomet est l’exemple parfait que doit suivre tout musulman et que cet exemple ne manquera pas d’être repris un jour ou l’autre par un autre mouvement de l’islam fondamentaliste (en réalité, de multiples mouvements musulmans se font déjà concurrence dans ce domaine).

Il faut donc se pencher avec précision sur la littérature musulmane fondamentaliste pour en comprendre les tenants et aboutissants, sans que cette démarche ne soit bien évidemment l’indice de ma part de la moindre adhésion à la doctrine qui y est décrite, bien au contraire. Mais si l’on veut soigner un mal – comme la trop fameuse « radicalisation » dont on parle à tort et à travers –, encore faut-il comprendre quel est le mal. Certains ont refusé de lire Mein Kampf, ou n’y ont pas prêté attention : ils s’en sont mordus les doigts.

Malheureusement, il semble qu’il ne faille guère compter sur les « islamologues » auto-proclamés des cénacles parisiens pour se faire une opinion réelle et documentée sur la question, ceux-ci étant semble-t-il surtout soucieux de ne présenter la problématique du terrorisme musulman que sous le prisme dont ils ont fait leur cheval de bataille (sociologie, politique, géopolitique, etc.) et qui doit leur permettre de sortir du lot médiatique.

Gilles Kepel n’écrivait-il pas en avril 2000 en introduction (page 11) de son livre « Jihad : expansion et déclin de l’islamisme » : « On arrive en effet au terme d’un cycle historique : les mouvements islamistes sont entrés, comme nous le verrons, dans une phase de déclin qui s’accélère depuis le milieu des années 1990. »

kepel-jihad-2000

Curieusement, ces islamologues ne citent quasiment jamais les textes sacrés de l’islam – chacun peut facilement le vérifier – : cela semble être un « détail de l’histoire du fondamentalisme ». Or c’est pourtant de cela que nous avons cruellement besoin. En vérité, la réalité me paraît banale et la simplicité du diagnostic à la portée de n’importe quel lecteur un peu attentif ; mais évidemment, avec une telle thèse, plus besoin d’« islamologues » ou de « spécialistes » qui vont venir alimenter le brouhaha qui fait le beurre du monde nombriliste des médias.

Je me propose donc de vous aider, suivant en cela les bons conseils d’Alain Bauer – criminologue internationalement reconnu –, à décrypter le discours du fondamentalisme musulman (c’est-à-dire de ceux qui prétendent être les plus fidèles à la lettre et à l’esprit de l’islam tel que Mahomet le pratiquait) à partir de ses textes puisque celui-ci communique énormément sur son idéologie. D’ailleurs, plutôt que le terme « décrypter » faudrait-il sans doute utiliser le terme « lire » tant cette démarche ne fait appel qu’à la simple lecture des textes, les concepts manipulés en islam étant assez élémentaires, pour ne pas dire rudimentaires. En d’autres termes, inutile de chercher midi à quatorze heures avec une prétendue « interprétation » lorsque les situations, les faits rapportés, se présentent avec évidence.

  • Comment justifier la barbarie guerrière par le comportement de Mahomet ?

Je vous propose ainsi aujourd’hui de nous attarder sur la justification de la guerre sans merci que, selon les fondamentalistes, l’islam doit faire en permanence aux mécréants, afin notamment de cerner si la brutalité et la sauvagerie de l’État Islamique, d’Al Qaïda, etc. sont justifiés par le comportement du Prophète de tous les musulmans.

J’ai choisi à titre d’exemple aujourd’hui la première partie de l’article du 2ème numéro de la revue « Rumiyah » de l’État Islamique (octobre 2016) dont un article est précisément consacré à la justification de la brutalité et de la sévérité/dureté de la lutte contre les mécréants dans le contexte particulier du traitement infligé aux ennemis en dehors des situations de combat elles-mêmes, c’est-à-dire des ennemis déjà faits prisonniers ainsi que des ennemis qui ne combattent pas par les armes mais par l’esprit (mots ou arts).

Voici cet article : il ne s’agit bien entendu aucunement de faire une quelconque publicité aux mouvements fondamentalistes musulmans mais uniquement d’essayer de comprendre la source de leur idéologie pour savoir à quel ennemi nous avons affaire et ses motivations. Je vous propose donc de reprendre un à un les faits cités par l’État Islamique et de les confronter aux textes sacrés de l’islam pour comprendre à quelles références ils renvoient :

rumiyah-2-22rumiyah-2-23

  • Les faits mentionnés dans l’article sont-ils conformes à la biographie (Sîra) de Mahomet reconnue dans tout le monde musulman (Sîra d’Ibn Hîcham) ?

1) L’exécution du prisonnier Uqba ibn Abû Mu’ît

Cette mention correspond au passage suivant de la Sîra (Éd. Fayard) :

sira-fayard-212

2) L’exécution du prisonnier Abu Azzah

Cette mention correspond au passage suivant de la Sîra (Éd. Al Bouraq) :

sira-al-boura-68

3) L’exécution du poète juif Ka’b ibn al-Achraf

Cette mention correspond au passage suivant de la Sîra (Éd. Fayard) [je passe les deux pages intermédiaires] :

sira-fayard-229

sira-fayard-232

4) L’exécution des 600 à 900 prisonniers juifs de la tribu des Banû Quraydha

Cette mention correspond au passage suivant de la Sîra (Éd. Fayard) :

sira-fayard-277

Le texte de l’État Islamique rappelle d’ailleurs à juste titre que le massacre des Banû [fils de] Quraydha suivait le combat contre deux autres tribus juives importantes de Médine (les Banû Qaynuqa puis les Banû Nadir), élément fondamental qui ne peut être ignoré pour analyser la dénonciation par les Banû Quraydha du pacte qui les liait avec Mahomet, vu ce qui était déjà arrivé à leurs coreligionnaires.

5) Les assassinats individuels ordonnés par Mahomet à l’occasion de la conquête de La Mecque

Cette mention reprend effectivement le passage suivant de la Sîra (Éd. Al Bouraq), au bémol près que la Sîra fait état de 8 condamnations à mort individuelles et non de 6 comme mentionné dans le hadith d’An-Nasai (hadith n°4067 dont la fiabilité est d’ailleurs considérée comme certaine mais comme « bonne » / « hasan ») :

sira-al-bouraq-345

sira-al-bouraq-346

sira-al-bouraq-347

6) Versets du Coran

Les deux versets du Coran cités en appui du propos sont effectivement :

Sourate 48, verset 29. Mahomet est le messager d’Allah. Ceux qui sont avec lui sont violents envers les mécréants, miséricordieux entre eux. (…)

Sourate 9, verset 123. Ô croyants ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous. Qu’ils trouvent de la dureté en vous. Sachez qu’Allah est avec ceux qui le craignent.

  • Conclusion : comment concilier la réalité des citations authentiques de l’État Islamique avec le concept de religion d’amour et de paix ?

Il ressort de cette revue que les éléments mentionnés par l’État Islamique dans cet article sont justes d’un point de vue documentaire, d’après les sources authentiques musulmanes elles-mêmes. Par ailleurs la simplicité des situations décrites – des actions de guerre comme tant d’autres – ne nécessite pas une « interprétation » sophistiquée : il suffit juste de savoir lire.

Quel argumentaire les tenants de l’islam « modéré » de France sont-ils en mesure de produire sur cette base ? Les actes du Prophète étant indubitables et incontestés en islam, comment faire pour rejeter la sauvagerie de l’islam de Mahomet – fondement du jihadisme – sans rejeter le modèle prophétique lui-même et donc sans faire s’effondrer tout l’édifice musulman compte tenu du rôle central de Mahomet ? En réalité, c’est impossible, raison pour laquelle aucun contre-argumentaire sérieux ne verra le jour. La différence entre Mahomet et Jésus ou Bouddha ne fait guère de doute et est bien définitive.

On peut rejoindre (sur ce point) la remarque de Michel Onfray – une des rares personnalités médiatisées à faire l’effort de lire les textes sacrés musulmans avec quelques autres (Zemmour, Finkielkraut,…) – dans son dernier livre « Penser l’islam » : « Je regrette d’avoir à vous dire que les musulmans qui recourent à la violence au nom de l’islam, eux, ont lu les textes et les connaissent… À moins que d’autres les aient lus pour eux, et ceux-là ont bien lu ce qu’il y avait à lire. Et ce qui était écrit. »

On peut ainsi comprendre que l’État français ne souhaite guère que la population française prenne conscience de ces éléments propres au fondement même de l’idéologie musulmane dans sa véritable authenticité, cette compréhension étant problématique au regard de l’« identité heureuse » qu’on cherche à imposer aux Français comme en témoigne par exemple la façon dont le gouvernement procède avec le démantèlement de la jungle de Calais, sans respect pour des populations de souche dont on voit bien que la préoccupation première est le constat intuitif mais lucide de la différence abyssale des cultures (avant même les questions économiques ou d’origine de peuplement).

Aussi ne faut-il pas s’étonner que la menace judiciaire pour « apologie du terrorisme », « consultation de sites jihadistes », « incitation à la haine raciale » (notamment par l’entremise d’officines de défense des droits de l’homme qui agissent largement en réalité pour des motifs politiques), soit devenue fréquente à l’égard de ceux qui se sont donné pour tâche de présenter sans tabou les éléments de cette problématique pour en débattre. C’est naturellement un chantier essentiel à poursuivre.

Le « salafisme » musulman : l’islam ne peut pas s’en dépêtrer

L’émission de France 2 « Islam » a diffusé en septembre 2016 deux volets intéressants consacrés au salafisme. Ce mot est aujourd’hui employé – notamment en Occident – pour désigner le « mauvais » islam, l’islam « radicalisé », par opposition au « bon » islam, l’islam réputé « modéré ». Je vous propose de revenir sur quelques aspects de ces deux émissions.

  • Que veut dire « salafisme » ?

Un reportage fournit une synthèse courte et claire de la signification du terme « salafisme », c’est-à-dire le « retour aux fondements immuables de l’islam » :

france-2-islam-160925-salafisme-1-extrait-1

france-2-islam-160925-salafisme-1-extrait-1

Le reportage précise que « L’exemple de la vie de Mahomet est la référence, le beau modèle qui sert de guide à la communauté. Les croyants orthodoxes sont tenus d’imiter sa conduite en tout, aussi bien sur le plan moral et spirituel que dans les moindres détails de la vie quotidienne. » En réalité, l’exemplarité du modèle mahométan n’est pas propre au salafisme : Mahomet est un modèle à imiter pour tous les musulmans (« orthodoxes », c’est-à-dire qui prétendent être fidèle à l’illustre Prophète), et non les seuls salafistes.

  • Salafisme, jihadisme et terrorisme : une filiation naturelle ?

france-2-islam-160925-salafisme-1-extrait-2

france-2-islam-160925-salafisme-1-extrait-2

Cet extrait rappelle que le salafisme correspond à l’attitude consistant à « être fidèle non seulement à l’esprit de l’islam mais aussi à la lettre de l’islam » et à « l’idée que l’on suit une orthodoxie musulmane ». Y a-t-il là quelque chose de choquant ? Rien a priori. C’est même le contraire : c’est une attitude qui paraît tout à fait naturelle. Or l’intervenant enchaîne en constatant que « le salafisme est devenu dans la bouche de beaucoup d’individus le synonyme de terrorisme, de violence politique et de jihadisme » : est-ce donc que la violence et le terrorisme seraient congénitaux à l’islam ?

  • « Interpréter » pour dissimuler la violence innée de l’islam ?

france-2-islam-161002-salafisme-2-extrait-1

france-2-islam-161002-salafisme-2-extrait-1

L’intervenant évoque l’approche littéraliste en disant qu’elle correspond à l’« absence de contextualisation de ces versets coraniques en disant que ces versets coraniques, globalement, ont un caractère absolu qui s’applique quels que soient l’époque et l’espace dans lesquels nous nous trouvons » : mais le Coran étant donné directement par Allah, qu’y a-t-il d’étonnant à ce que les paroles (définitives, c’est-à-dire non abrogées) d’Allah soient absolues ? C’est le contraire qui serait étonnant.

La question centrale est en réalité de savoir en quoi consiste l’islam des origines, celui de Mahomet (puisque l’islam est – tout le monde l’a compris – une création purement humaine). La lecture de la Sîra, biographie de Mahomet d’Ibn Ishâq/Ibn Hîcham du IXème siècle – biographie incontestée dans le monde musulman au point qu’on peut la considérer comme la biographie « officielle » de Mahomet – ne laisse guère de doute à tout esprit raisonnable qui a appris à lire. L’État musulman créé par Mahomet à Médine était un État violent et guerrier, qui a imposé l’islam par les armes, combattant offensivement contre tous ceux identifiés comme des ennemis, chassant ou massacrant les juifs de Médine (entre autres), et dont l’extension par les armes sur le pourtour de la Méditerranée a été le rejeton tout à fait naturel.

Cet héritage guerrier et bien peu spirituel étant particulièrement embarrassant, bon nombre d’islamologues en Occident (ceux situés dans les autres régions du monde ayant semble-t-il moins d’états d’âme) ont introduit le concept de « littéralisme » et l’adjectif « littéraliste » pour qualifier la lecture simple et élémentaire des textes sacrés musulmans (Coran, Sîra, hadiths). Il suffit de consulter les dictionnaires pour constater que l’adjectif « littéraliste » n’existait pas il y a quelques années en France : à vrai dire, il aurait suffi de parler de lecture « littérale » pour évoquer la lecture « à la lettre » des textes ; mais l’adjectif « littéraliste » à l’avantage psychologique d’entacher le mot auquel il s’applique de quelque grave lacune ou anomalie congénitale de façon inconsciente, et donc sans avoir à démontrer quoi que ce soit. Pourtant la lecture littérale est la lecture de bon sens qui s’applique en tout premier lieu à n’importe quel texte et que l’on enseigne bien évidemment à l’école de la République.

Ainsi, selon les islamologues, il faudrait renoncer à une « lecture littéraliste de la tradition prophétique » au profit d’une interprétation dont on ne sait pas qui serait d’ailleurs légitime à la produire (puisqu’il n’y a aucune autorité religieuse officielle dans l’islam sunnite). Pourquoi ? On ne sait pas et les islamologues ne donnent guère d’exemples concrets pour justifier cette position. Toute lecture littérale, marquée par l’« absence de contextualisation des versets coraniques », serait ainsi irrecevable. Or, quel second sens donner aux actes de Mahomet et de ses partisans quand ils enchaînent de 622 à 632 batailles, razzias, assassinats, meurtres, viols, tortures, etc., au point qu’un décompte précis de tous ces hauts faits d’armes est fourni dans la Sîra ? Quel peut bien être le double sens caché de ces actes épouvantables, et comment pourrait-il réconcilier les faits décrits par les textes musulmans eux-mêmes avec l’idée de religion d’amour et de paix ?

  • La question des versets normatifs : un faux problème

france-2-islam-161002-salafisme-2-extrait-2

france-2-islam-161002-salafisme-2-extrait-2

Contrairement à ce que le premier interlocuteur indique, le wahhabisme ne correspond pas à un passé mythifié mais semble bien correspondre à l’islam de Mahomet : il suffit de lire le texte de la Sîra pour le constater très simplement. L’assertion « Ils fantasment une histoire qui sans doute n’a jamais existé de la manière dont ils se la représentent » est donc fausse au regard des textes musulmans eux-mêmes (Sîra mais aussi Coran et hadiths qui se complètent les uns les autres). On aurait aimé un propos plus circonstancié et moins péremptoire.

Par ailleurs, le passé guerrier et violent de l’islam de Mahomet n’a guère de rapport avec l’idée de norme. Le premier interlocuteur précise : « Le texte coranique lui-même (…) n’intègre qu’entre 200 et 634 versets normatifs » : « et alors ? » a-t-on envie de dire. D’abord il faudrait savoir s’il y en a 200 ou 634, ou un autre chiffre : tout cela est bien approximatif ; il faut être sérieux. Et de quelle norme parle-t-on ? S’il s’agit de rituels (prière, jeûne, etc.), cela n’a aucune espère d’intérêt au regard de la question en discussion.

En revanche, dire que la vision de l’islam est une vision globalisante correspondant à « Une lecture extensive de l’islam, c’est-à-dire que pour eux l’islam n’est pas simplement une religion : c’est un système global, c’est à la fois une religion « din », « dunya » vie et « daoula » État » est tout à fait exact : c’est la conception traditionnelle de l’islam dans tout le monde musulman. Hassan II ne disait-il pas : « Un musulman ne peut pas être laïc. » ?

  • Conclusion : pourquoi l’islam dit « modéré » n’arrive-t-il pas à contrer la doctrine des « fondamentalistes » et en particulier aujourd’hui  l’abondante production de l’État Islamique ?

Avec le « littéralisme », les islamologues nous conduisent dans les mystères de la foi : c’est un grand mystère en effet que la lecture littérale des textes chrétiens soit possible (complétée si nécessaire par un sens symbolique, qui peut d’ailleurs être mentionné par le texte lui-même comme en attestent les paraboles) alors qu’elle ne le serait pas pour l’islam. Il est vrai que l’exemplarité de Jésus (ou de Bouddha si on s’attache à d’autres spiritualités) n’a guère servi de modèle à Mahomet.

On peut tourner le problème dans tous les sens, en utilisant d’autres qualificatifs comme « fondamentaliste » ou « rigoriste » pour qualifier le salafisme, il n’en reste pas moins que l’islam dit « modéré » est aujourd’hui, 1.400 ans après la mort de Mahomet, toujours incapable de démontrer en quoi l’islam salafiste n’est pas le bon islam. Et c’est la raison pour laquelle ce type d’émission ne peut en réalité pas aborder de façon détaillée la question doctrinale qui est au cœur du problème.

N’est-il pas surprenant que les références doctrinales les plus fournies tant concernant le Coran, les hadiths que la Sîra figurent dans les revues (Inspire, Dabiq, Dar-al-islam, Rumiyah) des mouvements musulmans fondamentalistes ? Qu’a l’islam de France à répondre à cela ? Et prétendre « déradicaliser » les musulmans sans avoir d’abord répondu à cette question est une farce grotesque, et pire, un mensonge d’État français.