La dignité des chrétiens d’Orient face à la persécution par l’islam

L’islam persécute les chrétiens d’Orient de longue date, et loin s’en faut qu’il ne s’agisse que des exactions de l’État Islamique. Le reportage diffusé par France 2 le 7 mai 2016 dans le cadre des émissions religieuses du dimanche matin rappelle avec beaucoup de dignité cette triste et terrible vérité. Un reportage à regarder impérativement pour tous ceux qui douteraient encore des bienfaits de la religion d’amour et de paix et qui jugent sans importance l’extension de l’islam en Europe.

Persecution chretiens Orient 170507

Manchester

L’attentat-suicide de Manchester est l’occasion de rappeler que la doctrine de l’islam valorise de façon claire et incontestable le martyr pour la cause d’Allah, question déjà abordée dans un article précédent (cf. http://islametoccident.fr/?p=1965).

Ce type d’événement est généralement aussi l’occasion pour les journalistes d’affirmer avec aplomb que les attentats-suicides ne peuvent être que l’expression d’un trouble psychologique chez des personnalités profondément déséquilibrées, dont la pathologie dédouane ainsi l’islam de sa responsabilité dans les actes de violence.

En réalité, l’Occident matérialiste et déchristianisé n’est plus en mesure de concevoir que l’homme puisse être réellement mu par des considérations spirituelles ou un engagement moral particulier, jusqu’à y sacrifier sa vie. À cette aune, comment considérer un moine chrétien qui se cloître pour le restant de ses jours ou un kamikaze japonais autrement que comme un fou ? Le consommateur que rend hystérique la sortie du dernier iPhone ou son artiste de variété favori lors d’un concert est-il un modèle d’équilibre ?

L’émission de France 2 « Un oeil sur la planète », consacrée en 2016 à la Syrie, trace le portrait intéressant d’un combattant musulman qui accepte donner sa vie pour la cause en laquelle il croit : le calme de ce sacrifice et la rationalité de la démarche ne semblent guère relever de la folie. Ce combattant va jusqu’au bout du jihad qu’il mène au nom de l’islam. Un reportage à méditer quant au rapport de l’islam à la violence.

Un oeil sur la planete Syrie 2016

L’annonce de la venue de Mahomet

  • Problématique

L’islam cherche à toute force à légitimer Mahomet en retrouvant une annonce de sa venue dans les textes des deux autres religions dont il prétend être le continuateur : le judaïsme et le christianisme. Qu’en est-il précisément ?

  • Dans les textes juifs

Cette question a été très tôt – du vivant même de Mahomet – tranchée par les rabbins : Mahomet ne figure nulle part. C’est en effet lors de discussions à Médine dans les premiers mois après l’hégire que Mahomet a prétendu, face aux juifs de Médine, être un prophète annoncé par leurs écritures : cette revendication se situait dans un contexte particulier puisque Mahomet cherchait à rallier à lui les juifs en prétendant être le continuateur de leur religion : c’est ce qui figure très clairement dans la biographie (Sîra) de Mahomet d’Ibn Hîcham, incontestée dans le monde musulman. L’échec fut total et Mahomet, ayant perdu tout espoir, se retourna ensuite contre les juifs et les extermina, déception profonde qui est sans doute à la racine de l’antisémitisme viscéral de l’islam.

  • Dans les textes chrétiens

Les intervenants de l’émission « Islam » de France 2 évoquent les deux sources habituellement citées pour justifier la revendication musulmane :

–  L’évangile avec l’annonce de la venue du Paraclet : il s’agit en réalité de l’annonce de la venue d’un pur esprit qui est l’Esprit Saint qui n’a d’ailleurs aucune raison d’attendre encore 6 siècles pour poursuivre l’accomplissement de la venue du Christ.

–   L’évangile de Barnabé, texte apocryphe datant du Moyen-Âge.

France 2 Islam 170326 Annonce & Relativite

  • Conclusion

La prétention opportuniste de Mahomet à être annoncé par les textes juifs et chrétiens n’est soutenue par rien dans les traditions juives et chrétiennes, ce qui est logique car on voit mal en effet comment un non-juif pourrait être le messie attendu par le peuple juif (qui plus est messie exterminateur de juifs), ou comment Mahomet pourrait surpasser ou accomplir plus complètement la venue du Christ et sa crucifixion, le message et la vie de Mahomet étant à l’opposé de la doctrine du Christ et l’islam niant totalement par ailleurs toute incarnation divine.

L’hypothèse émise par un des intervenants de l’émission précitée, à savoir une « incarnation du divin dans un texte religieux qui a correspondu à un moment précis de l’histoire des Arabes », paraît beaucoup plus raisonnable et sensée, mais est assez étonnante dans la bouche d’un musulman, car elle désacralise les fondements de l’islam et anéantit la prétention de l’islam a détenir la vérité et le message divin définitif.

L’inégalité homme-femme en islam : un bel exemple de takiya, par Najat Belkacem

L’égalité homme-femme en islam est une farce qui a offert à Najat Belkacem l’occasion de donner une magistrale leçon de « takiya ». Interrogée par Jean-Pierre Elkabbach sur cette question à l’occasion de la polémique sur le burkini à l’été 2016, Najat Belkacem (alors ministre) a nié avec brio, mais grâce aussi à l’absence de réaction de Jean-Pierre Elkabbach, que cette question ne concernât que l’islam – aucun élément tangible n’étant fourni à l’appui de la thèse mettant en cause les autres religions –. Il est tout à fait intéressant de la voir détourner avec une parfaite mauvaise foi le débat vers des considérations générales sur l’égalité homme-femme dans la société civile sans aucun rapport avec le judaïsme ou le christianisme.

Elkabbach Belkacem 160825

À l’approche de l’été, qui va offrir de nouvelles occasions d’affirmation du communautarisme musulman sur les plages, cela est instructif.

Pascal Bruckner : Invention des antiracistes, l’accusation d’« islamophobie » musèle toute critique de la religion musulmane

Valeurs actuelles – Propos recueillis par Anne-Laure Debaecker. Samedi 4 mars 2017

Nous sommes les témoins depuis vingt ans de la fabrication d’un nouveau délit d’opinion, avertit Pascal Bruckner dans son nouvel ouvrage percutant, « Un racisme imaginaire ». Le romancier et essayiste y dénonce les ravages causés par un antiracisme débridé, ce « marché en pleine expansion » au service du politiquement correct qui traque toute attaque supposée envers des minorités. La relecture du monde qui s’opère alors touche une religion considérée comme une race, l’islam, par un étonnant « miracle de la transsubstantiation ». « Arme d’intimidation massive » dont Pascal Bruckner a fait les frais à travers plusieurs procès, l’accusation d’islamophobie agit en véritable « bouclier politique et juridique » qui annihile tout débat. L’auteur du Sanglot de l’homme blanc décortique les soubassements de cette idéologie qui se nourrit de la haine de soi occidentale. Édifiant.

Objet de votre nouveau livre et combat de ceux qui vous ont récemment intenté un procès, quelle définition donneriez-vous de l’antiracisme aujourd’hui ?

Ce mouvement s’est développé après la Seconde Guerre mondiale, après les abominations nazies. Il a été théorisé essentiellement par des anthropologues anticolonialistes, dont le plus talentueux, Claude Lévi-Strauss. Il a connu un essor particulier aux États-Unis, marqués de façon traumatique par l’expérience de l’esclavage et de la ségrégation. D’abord soldat latéral des grandes armées politiques de la gauche — le socialisme devait effacer comme par miracle tous les défauts du capitalisme —, l’antiracisme est devenu central depuis la chute du communisme. Il est ce qui reste quand les partis n’ont plus rien à offrir, en termes politiques ou sociaux. L’antiracisme est ainsi devenu la religion civile du siècle, ce qui implique une vigilance très acérée dans la prise de parole publique. Il faut désormais peser ses mots comme si c’était de l’or car la moindre maladresse peut vous jeter dans l’opprobre et entraîner votre condamnation devant les tribunaux — on le voit bien avec le procès intenté à Georges Bensoussan. Le débat intellectuel s’est ainsi transformé en un champ de mines, avec, à chaque instant, le risque de sauter sur l’une d’entre elles.

L’antiracisme tient trop souvent lieu de programme politique et le radical-chic aujourd’hui est de débusquer une nouvelle forme de discrimination à combattre. L’une des dernières en date que j’ai relevée est la “pauvrophobie”. Ce néologisme créé par l’association ATD Quart Monde pour désigner les discriminations liées à la précarité est un cataplasme linguistique : on peut être poursuivi en justice pour avoir dit du mal des pauvres mais cela n’améliorera en rien la vie de ceux-ci. Philippe Muray parlait déjà de « cage aux phobes ». Dans une sorte de course en avant, ces phobies prolifèrent, en effet, et on peut y inscrire tous les groupes possibles et imaginables. Toute catégorie peut se décréter opprimée si elle arrive à prouver qu’elle “souffre”. On pourrait ainsi créer demain la “francophobie”, la “socialistophobie”, la “capitalistophobie”, et j’en passe. Dès que l’on veut critiquer une minorité, elle peut brandir l’accusation de racisme comme parade.

Distribuée à tout bout de champ, cette accusation a-t-elle alors encore de la valeur ?

À force de mettre le racisme à toutes les sauces on finira, en effet, par le dévaloriser. L’antiracisme fou finit par délégitimer l’idée même de lutte contre le racisme qui prend une extension démesurée et se contredit dans ses propres termes. On l’a vu en 2016 avec les ateliers interdits aux hommes ou aux Blancs de Nuit debout ou encore le camp décolonial interdit aux Blancs, l’été dernier, organisé par les Indigènes de la République, sorte de Ku Klux Klan inversé. Ces militants reproduisent ainsi malgré eux ce qu’ils veulent combattre. Ce qui est inquiétant, c’est que les tribunaux acceptent les accusations à tout-va produites par ces associations, souvent groupusculaires et qui cherchent à se faire connaître et reconnaître en intentant des procès. La justice, qui est censée arbitrer les passions adverses par la distance du droit, risque, si elle échoue, d’exacerber ces mêmes passions.

Avec l’accusation d’islamophobie, vous relevez que l’on est passé d’une politique qui vise à sanctionner toute attaque contre un état physique — la couleur de peau — à une politique qui cherche à punir toute critique d’une religion…

C’est un véritable retour de l’Ancien Régime dans notre histoire. Aujourd’hui tout est racialisé, y compris l’intolérance religieuse. Les grandes confessions sont devenues des “races” alors qu’elles incluent des fidèles du monde entier. L’islam, tel qu’il est rêvé par les intégristes, devient une identité et une citoyenneté, une civilisation qui regroupe les citoyens de l’oumma (“communauté globale”) dans une même nation par delà les frontières contingentes. Ses fidèles se sentent musulmans avant d’être, accessoirement, français, allemands, syriens, algériens. À partir du moment où l’identité nationale n’est plus assurée, l’islam se propose comme substitut universel.

Issu du vocabulaire colonial, le mot islamophobie est réinventé dans les années 1980 en Grande-Bretagne avec l’affaire Rushdie. Les musulmans britanniques en font un instrument de conquête et de mise sous le boisseau de tous les contestataires de l’islam. Ce mot amalgame deux sens très différents : la persécution des croyants — qui est évidemment un délit ou un crime — et la critique de la religion. Celle-ci est un droit en Occident depuis plusieurs siècles. Le crime de blasphème a été aboli en 1791, grâce à Le Peletier de SaintFargeau, rapporteur de la loi : pour lui, cette offense relève de crimes imaginaires tels que la lèse-majesté, l’hérésie, la satire vis-à-vis des prophètes, et le droit doit être nettement dissocié de la religion. Pourtant les wahhabites, les Frères musulmans tentent, chaque année, de ressusciter le délit de blasphème auprès de l’Onu.

On peut observer, à cet égard, un deux poids, deux mesures étonnant. Personne n’a parlé de christianophobie quand le père Hamel a été assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray ou quand les minorités chrétiennes du Moyen-Orient sont exterminées, chassées. Ce mot ne prend pas, on parle d’actes de haine ou encore d’intolérance religieuse. Seuls les musulmans ont droit à l’islamophobie, tel un titre de noblesse, qui fait d’eux les nouveaux “damnés de la terre”.

Pourquoi, justement, l’islamiste cherche-t-il à devenir le nouveau “juif allemand” ?

Pour toucher les coeurs il faut se présenter comme une victime. Or, dans le club très fermé des peuples parias se trouve le juif, qui y occupe une place prégnante en raison d’une longue antériorité historique. Par un révisionnisme tranquille, les islamistes, aidés des islamogauchistes, vont expliquer que la situation des musulmans aujourd’hui est celle des juifs des années 1930. De sorte que critiquer l’islam radical est assimilé à l’adoption d’une posture nazie et équivaudrait à préparer un Holocauste pour les musulmans. Dernière étape de cette démarche, on va déclarer qu’en raison de la situation israélo-palestinienne, les juifs ne méritent plus le titre de victimes et sont, au contraire, passés du côté des bourreaux. Cette analogie historique oublie juste que l’antisémitisme ne concerne pas la religion juive en tant que telle mais l’existence des juifs en tant que peuple. De plus, dans les années 1930, 1940, on n’a pas vu d’extrémistes juifs lancer des bombes dans les gares, les aéroports ou aller égorger des prêtres dans les églises.

« Il est possible que ce qui fascine tant de nos contemporains, dans la religion du Prophète, soit aussi le vertige de la régression. » Qu’entendez-vous par cela ?

Nous vivons un moment de transition. Les sociétés occidentales ont vécu depuis cinquante ans des transformations fondamentales dans le domaine des moeurs, de la condition féminine, du mariage, de l’éducation des enfants, de la procréation. Pour tempérer ces révolutions, elles sont tentées par un mouvement de conservatisme inverse. Certains vont donc demander à une religion étrangère le soulagement psychologique nécessaire pour éponger ces innovations qui les angoissent.

C’est le phénomène des convertis. Il est plus paradoxal que cette régression soit portée par une certaine gauche qui s’était posée comme la tenante du progrès et de l’émancipation. Voir des trotskistes, des “révolutionnaires”, se battre pour que des femmes restent grillagées est un spectacle hallucinant où l’on a l’impression que le monde marche sur la tête ! Judith Butler, la théoricienne américaine du genre, estime ainsi que toute musulmane qui n’est pas voilée fait allégeance à l’impérialisme occidental et trahit sa culture au profit de la nôtre.

Comment expliquer la collusion entre une extrême gauche progressiste et un islamisme fondamentaliste conservateur ?

Pour beaucoup de gauchistes, le nouveau fer de lance contre le capitalisme n’est plus la classe ouvrière — moins nombreuse qu’antan et qui désormais vote FN — mais l’islam radical. Pour ces gauchistes, cet islam est porteur d’une radicalité stupéfiante même si elle se trompe d’objet. C’est contre le capitalisme et lui seul qu’elle devrait s’insurger. On assiste à un jeu de dupes entre gauchistes et islamistes où chacun fait la courte échelle à l’autre en espérant retirer les marrons du feu… En réalité les intégristes sont plus forts et plus puissants, d’autant que l’extrême gauche, très influente dans les médias où elle agit comme une sorte de surmoi, ne représente plus beaucoup de monde sur le terrain. Les Frères musulmans et les salafistes ont, de manière habile, repris la stratégie de l’entrisme qui était celle des trotskistes et noyautent les entreprises, les hôpitaux, la fonction publique, les syndicats.

Quel avenir pour l’islam en Europe ? Que devons-nous faire ?

Il faut européaniser l’islam et non pas islamiser l’Europe. Beaucoup d’imams, comme Al-Qaradawi, réfugié au Qatar, appellent à la reconquête de l’Europe où l’islam s’est par deux fois cassé les dents, en Espagne avec la Reconquista et devant les portes de Vienne où l’Empire ottoman a été battu en 1683. Les intégristes voudraient repartir à l’assaut du vieux monde par la double arme de la prédication et de la terreur, l’une épaulant l’autre. Ce pourquoi la guerre à la terreur ne suffit pas. C’est aux Frères musulmans, aux salafistes dans leurs diverses obédiences qu’il faut s’attaquer en même temps qu’aux djihadistes. L’idéal serait de ramener, autant que faire se peut, l’islam au statut d’une religion parmi d’autres, de le banaliser dans le vaste marché des spiritualités. Le combat va être long car les fanatiques du Coran sont persuadés que l’islam n’est pas une religion comme les autres mais celle qui les résume toutes et rend les autres obsolètes. Il serait la “révélation” ultime qui périme le judaïsme, le christianisme sans parler de l’hindouisme, du bouddhisme. Les prêcheurs sont là pour admonester tout musulman soupçonné de tiédeur et le réislamiser.

En France, il y a peu de candidats conscients de la réalité. Seuls deux ont mis l’accent sur cette problématique : Manuel Valls à gauche et François Fillon à droite. Je regrette que l’un ait été éliminé par la primaire et que l’autre se trouve en grande difficulté. Reste Marine Le Pen, la néobolchevique de La Trinité-sur-Mer, qui forme avec Jean-Luc Mélenchon une famille reconstituée dans un anticapitalisme primaire. Mais avec elle, je redoute que le remède proposé ne terrasse le malade et ne laisse notre beau pays en ruine.

Un racisme imaginaire, islamophobie et culpabilité, de Pascal Bruckner, Grasset, 272 pages, 19 €.

L’égalité homme-femme n’existe pas en islam

À l’occasion de la publication de la « Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre ensemble » du Conseil Français du Culte Musulman en juin 2014, l’émission « Vivre l’islam » du 11 janvier 2015 a rappelé par la voix d’Omero Marengiu-Perria qu’« il est nécessaire [pour l’islam] de ne pas fuir certaines questions » et notamment celle de l’égalité homme-femme, celui-ci rappelant qu’« il est problématique de justifier l’égalité homme-femme par le Coran », « les droits affirmés s’inscrivant dans une société patriarcale où il n’y avait pas la notion d’égalité telle qu’on l’a posée dans le monde contemporain ».

En effet, la lecture du Coran et des hadiths fait clairement ressortir l’infériorité de la femme par rapport à l’homme : prétendre affirmer le contraire relève de la manipulation au point que les intervenants de cette émission en sont venus à reconnaître qu’« il y avait là une exégèse au secours de cette convention », ce qui constituait une attaque directe de l’honnêteté intellectuelle du C.F.C.M.. Dont acte.

France 2 Islam 150111 Islam & Citoyennete 2 Extrait 2

La liberté religieuse en islam n’existe pas : rappel d’une évidence

La liberté religieuse en islam n’existe pas puisque tout musulman qui quitte l’islam est sévèrement sanctionné, normalement par la mort conformément aux paroles de Mahomet. Ce point est incontestable d’un point de vue doctrinal (voir également l’article http://islametoccident.fr/?p=2867).

Il est rarissime de voir des représentants musulmans admettre sur un grand media public comme cela a été fait dans l’émission de France 2 « Islam » du 11 janvier 2015 que la liberté religieuse pose un véritable problème dans la tradition musulmane encore aujourd’hui, et ce, comble d’ironie, quelques jours à peine après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

Je propose donc de visionner cet extrait dont il convient de rappeler qu’il fait référence à la « Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre-ensemble » de juin 2014 du Conseil Français du Culte Musulman, qui évite soigneusement cette question, ce qui fait réagir avec beaucoup de prudence mais néanmoins de clarté Omero Marongiu-Perrria.

France 2 Islam 150111 Islam & Citoyennete 2 Extrait 1

L’unicité de Dieu : centre de la foi musulmane

Le reportage de l’émission de France 2 « Islam » du 22 janvier 2017 rappelle l’importance de la chronologie de la révélation du Coran avec sourates mecquoises d’abord puis sourates médinoises – le message de Dieu étant réputé avoir évolué pendant les 22 ans de la prédication de Mahomet, rendant certains versets caducs conformément à la règle de l’abrogation –, et le dogme auquel se résume toute la dimension spirituelle de l’islam : celui de l’unicité de Dieu (« tawhid »).

France 2 Islam 170122 Revelation 1 Coran

Des rites : pour quoi faire ?

  • Constat

La spiritualité musulmane se focalise autour du principe élémentaire d’unicité divine, ou « tawhid », qui peut offrir à certains esprits imaginatifs des horizons leur permettant de déployer des raisonnements subtils, mais qui est insuffisant pour nourrir la vie religieuse de la masse des croyants dont le niveau intellectuel ne leur permet pas d’accéder à ces joutes de haut vol. On peut être d’avis que dans le domaine religieux en général, la multiplication des rites cherche à combler le vide intérieur angoissant créé par l’absence de véritable spiritualité, jusqu’à se transformer en superstition.

De ce point de vue, l’islam n’est pas en reste : il suffit d’ouvrir des ouvrages de jurisprudence musulmane ou de hadiths pour constater la place effarante que tiennent les rituels dans la vie religieuse en islam, jusqu’à se préoccuper avec beaucoup de minutie de l’exemple donné par Mahomet, y compris dans les détails les plus scabreux, comme par exemple dans le domaine de la satisfaction des besoins naturels (dans quelle position, dans quelle direction, comment s’essuyer, etc.), sujet on ne peut plus terre-à-terre.

Les grands rituels de l’islam sont assez connus, notamment les cinq prières par jour, le ramadan ou l’égorgement des animaux. Mais pour prendre conscience de l’ampleur de la question du rituel et des règles, il est intéressant de feuilleter la table des matières d’un ouvrage de jurisprudence musulmane, en particulier celui de l’islam malikite suivi par la grande majorité des personnes de culture nord-africaine : l’ouvrage Al-Muwatta, ouvrage de référence en matière de jurisprudence malikite et que chacun peut consulter facilement en librairie ou en bibliothèque. On y trouve ainsi abordés par exemple la complexité de la question des ablutions (à quelle occasion – relation sexuelle, saignement, suite à l’attouchement des parties génitales, en cas de rêve érotique, après un baiser à une épouse, etc. –, quand, quelle eau ou de façon sèche, quelles parties du corps – mains, tête, oreille, etc. –), la prière (la prière de l’éclipse, pour obtenir la pluie, la direction, comment poser ses mains), les règles touchant aux vêtements, ou encore le mauvais œil.

  • Problématique

Dans ce contexte de ritualisation extrême, dont on peut questionner l’intérêt spirituel, il est légitime de s’interroger, comme lors de l’émission de France 2 « Vivre l’islam » du 11 décembre 2016, sur ce qui reste de la religion si on en ôte tous ces rituels, émission au cours de laquelle un intervenant a posé la question effectivement fondamentale suivante : « Un musulman qui n’observerait pas les rites a-t-il droit au salut ? »

France 2 Islam 161211 Islam & Violence 2 Extrait 5

Penser le mécréant en islam : un effort louable mais qui semble utopiste

  • Problématique

Face à «  c terrible et tragique régression, à la décadence, à la décrépitude » du monde musulman depuis des siècles évoquée par le présentateur de l’émission de France 2 « Vivre l’islam » du 27 novembre 2016, Omero Marongiu-Perria formule quelques pistes de réflexion, mais qui constituent une critique assez virulente de l’islam face à un monde occidental vu par les musulmans comme « un monde de corruption ».

France 2 Islam 161127 Islam 2 Extrait 4

  • Propositions

1) Démythifier l’histoire musulmane

Comme l’admet Omero Marongiu-Perria, l’histoire de Mahomet et de ses Compagnons fait l’objet d’une mythification dont l’objet est une valorisation en opposition au monde occidental : « L’histoire des premiers temps de l’islam est complètement mythifiée chez les musulmans ».

Il est en effet impossible d’aborder l’histoire de l’islam sous le seul angle de la critique historique, pourtant utilisée partout ailleurs, y compris pour les autres religions. Omero Marongiu-Perria reconnaît que « l’histoire musulmane n’est pas abordée à partir des catégories de l’histoire » : en d’autres termes, l’histoire musulmane n’est analysée que dans le contexte d’une perspective religieuse, ce qui rend donc impossible toute objectivité, notamment quant à la profondeur de l’imprégnation tribale de la vie et de la pensée de Mahomet indépendamment de toute inspiration divine.

On peut rester dubitatif sur la capacité de l’islam à accepter une vision plus objective de ses origines car toute analyse objective est désacralisante et donc incompatible avec le Coran, censé être la parole d’Allah.

2) Mahomet le conquérant

Omero Marongiu-Perria constate implicitement avec regret : « il faut le reconnaître, dans ce qui est appris aujourd’hui des premiers temps de l’islam, c’est cette idée du prophète conquérant qui est mise en avant ».

Certes, mais c’est bien ainsi que les textes musulmans les plus authentiques, jusqu’au Coran lui-même, décrivent Mahomet. Et il paraît impossible de réécrire l’histoire de l’islam.

3) Arriver à penser l’autre

Face à un modèle ouvertement communautariste, Omero Marongiu-Perria regrette la difficulté que l’islam rencontre à être tolérant : pour lui en effet, il faudrait « enseigner dans les instituts musulmans des outils d’interprétation qui soient ouverts sur ce qu’on pourrait appeler une théologie de l’altérité, c’est-à-dire comment se penser dans un monde pluriel en englobant d’emblée les autres dans la réflexion ».

Certes, mais on ne voit pas bien, dans une religion pour l’essentiel figée dogmatiquement depuis un millénaire, ce qui pourrait provoquer cette rupture de pensée sans entraîner un effondrement général de tout le système musulman, car ce serait admettre que l’islam peut avoir tort et que les mécréants sont aussi estimables que les musulmans, ce qui va précisément à l’encontre de ce que dit le Coran.

  • Conclusion

Toutes ces pistes sont louables et manifestent une forme d’ouverture et de tolérance, mais sont elles sont aujourd’hui, si l’on en juge par la façon dont le monde musulman évolue, assez utopistes.